Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 12:22

Dernier extrait du livre de W.H. Hudson, "Conseils aux chasseurs de vipères".

Où il est question du spectacle étonnant que nous offre parfois la nature. Un appel à sortir de chez soi et à contempler...

Un autre jour, je me glissai dans le bois de pins, sur les collines sableuses près de la mer. Au coeur du bois, je parvins à une combe profondément creusée dans le sable et je m'assis là, au bord du bassin, au milieu des longues herbes grises, entouré par les troncs rouges sombre des pins. Il régnait un calme merveilleux dans cette retraite cachée au fond du bois. Après être resté assis une demi-heure, l'oeil et l'oreille à l'affut, il me vint à l'esprit que je pourrais rester là une demi-journée sans voir la moindre créature vivante ni entendre le plus faible bruit de vie.
Cependant, une autre minute ne s'était pas écoulée que flamba quelque chose comme un éclair roux : un bel écureuil pourvu d'une queue exceptionnellement touffue. Glissant rapidement le long d'un tronc, il se mit à bondir, à faire des pirouettes et à filer d'un trait ici et là sur le sol de la combe, à moins de vingt mètres de moi. Je restai assis sans bouger, et il ne me vit pas ou ne prit pas garde à ma présence : à la façon du rossignol solitaire qui ne demande pas de témoin de son chant, il était seul dans le bois et, de toute son âme, jouait son jeu à la folie, arquant le dos comme une belette, puis se détendant de toute sa longueur pour entamer une folle sarabande, d'un mouvement ondulant, une vague après l'autre le long du dos et de la queue, ce qui lui donnait l'apparence d'un serpent.
Arrivant sur une épaisse litière d'aiguilles de pins, il s'arrêta net et s'aplatit sur le sol comme une dépouille d'écureuil, les quatre pattes griffues visibles aux quatre coins. Après avoir tiré tout le plaisir possible de la sensation de se frotter le ventre contre les aiguilles, il bondit pour continuer à jouer, mais aperçu soudain un gros agaric, d'un blanc jaunâtre, à quelques pas. Se précipitant sur lui, il l'arracha violemment en prenant le pied dans ses mains griffues et se mit à le dévorer comme s'il mourait de faim, mordant à pleines dents et faisant travailler ses mâchoires comme un hache-paille.
Assis sur ses pattes arrière pour s'attaquer au champignon, il avait l'air d'un étrange petit homme rouge en train de dévorer une tartine ronde de pain et de beurre deux fois aussi grosse que lui. Soudain, après quelques bouchées, il lança l'agaric par terre, comme s'il en trouvait le goût détestable ; il quitta la combe en quelques bonds et disparut au milieu des arbres.
Du délice que nous avons trouvé dans la nature
Avec de telles choses à voir, la simple pensée d'avoir à travailler me donnait une sensation de lassitude et de nausée. M'asseoir devant une pile de vieux cahiers de notes, certains datant de plus d'un an, pour choisir, patiemment et laborieusement parmi des centaines, deux ou trois observations dignes d'être rapportées, me semblait un fardeau intolérable, qui ne valait pas la peine de brûler une chandelle. Même la vue d'un rougequeue noir et les ébats d'un fantastique écureuil me semblaient cent fois plus intéressants que tout ce que j'avais vu l'an dernier. Revenir en arrière était quitter la vie, le souffle, les palpitations de la nature pour tripoter des monceaux de vieilles photographies jaunies et rêvasser sur des souvenirs poussiéreux. Pourquoi revenir en arrière ? Pourquoi, en effet ! Ah ! Qu'il est facile de poser la question. On la pose très souvent et il n'y a que la bonne vieille réponse : à cause de l'éternel désir en nous, qui a même dû ronger le coeur de l'homme des cavernes, de révéler, de témoigner, de faire connaître le nouveau royaume enchanté que nous venons de découvrir, de tenter de transmettre aux autres quelque chose de l'étonnement et du délice que nous avons trouvé dans la nature. 
W.H. Hudson, Conseils aux chasseurs de vipères, pp. 57-59.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nat Writing - dans Nature Writing
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Un blog de Nature Writing
  • Un blog de Nature Writing
  • : Aimant la nature, la randonnée la philosophie et les récits de voyages, je vous livre ici des extraits, parfois commentés, de livres que j'ai aimés, en rapport, et si possible à l'intersection, de ces différents sujets.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens