Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 09:16

     Ce petit canyon remonte vers le coeur de la montagne, jusqu'à la base du Pic Cabezon lui-même ; je vois sa tête sombre qui culmine à deux mille pieds au-dessus de la mienne, soutenue par de pâles épaules de granit.
     Je passe à côté de quelques-unes des cuvettes de pierre les plus basses, pleines de sable humide. On se rapproche. Puis je vois le reflet luisant de l'eau qui suinte d'une paroi rocheuse, qui sourd d'un petit surplomb de douze pieds de haut, et je sais que je suis arrivé. J'escalade rapidement  le rocher, gourdes métalliques cliquetants contre la pierre, et atteins le premier des réservoirs naturels, une cuvette ronde et lisse contenant, comme un joyau, un grand volume d'eau sombre et ambrée.
     Je ne bois pas immédiatement et m'accroupis pour me reposer du côté ombragé de la tinaja. La seule présence de l'eau me libère de toute forme d'urgence. J'ai le temps d'attendre, de reprendre ma respiration, de me rafraîchir et de contempler. La cuvette fait environ deux pieds de profondeur et un peu plus de quatre de diamètre. Elle contient plus d'eau que je n'en pourrai jamais boire en un mois. Quelques abeilles se désaltèrent juste au bord, d'autres nagent en rond au milieu, piégées. Des plumes de colombes flottent à la surface. Avec une brindille, je sauve les abeilles qui se noient, puis remplis ma gourde et bois. L'eau est douce, fraîche, excellente.
Edward Abbey, Un fou ordinaire, Gallmeister 2009, p. 40.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nat Writing - dans Nature Writing
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Un blog de Nature Writing
  • Un blog de Nature Writing
  • : Aimant la nature, la randonnée la philosophie et les récits de voyages, je vous livre ici des extraits, parfois commentés, de livres que j'ai aimés, en rapport, et si possible à l'intersection, de ces différents sujets.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens