Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 22:55

Deuxième extrait du livre "Le tigre" de John Vaillant. Où il est question de cohabitation entre les humains et les grands prédateurs. Anthropomorphisme ? Romantisme ? Ou signe d'une réelle connivence ? Si nous savons ce qui peut se passer dans un esprit humain, qui peut en dire autant en ce qui concerne la conscience d'un lion, d'un tigre ou de tout autre animal ? 

 

Les Bushmen formaient un peuple peu nombreux. Légèrement vêtus et armés, leur vie s'organisait autour d'un ensemble de points d'eau fiables. Leur régime alimentaire était d'une variété surprenante, couvrant toute la gamme des aliments, du melon à la viande. (...)

La chasse était pratiquée le plus souvent à l'aide de flêches empoisonnées, mais ce poison  (l'un des plus mortels au monde) n'étant pas à effet immédiat, il fallait pister deux fois le gibier - une première fois pour le localiser et une deuxième fois pour le retrouver après qu'il avait été touché. La chose pouvait prendre des jours et il arrivait parfois que les chasseurs en arrivant à leur proie découvrent que les lions s'en étaient emparés avant eux.

Elisabeth Marshall fut frappée par la façon dont ces hommes composaient avec cette compétition assez décourageante : au lieu d'abandonner l'animal ou de tirer des flêches sur les lions, ils s'en approchaient calmement puis expliquaient aux fauves que cette proie ne leur appartenaient pas et les priaient de partir. Si les lions restaient sourds à ces exhortations courtoises mes fermes, une ou deux mottes de terre étaient lancées dans leur direction. Il n'en fallait pas plus à ce hommes qui parfois étaient en nombre bien inférieurs aux lions pour récupérer leur prise. (...) [Voilà] qui éclaire d'un jour nouveau l'histoire de nos relations avec les grands prédateurs. 

 

Il faut bien garder à l'esprit que toutes les parties en présence se connaissaient depuis toujours. Depuis des millénaires, les lions avaient grandi dans la conscience  de l'existence des bushmen et ceux-ci avaient été élevés en étant conscients de l'existence des lions. Chacun appartenait donc à l'univers de l'autre et s'il y avait eu des déséquilibres, ils avaient été réglés bien avant la constructions des pyramides. Autrement dit, il existait une culture - ce qu'Elisabeth Marshall décrit comme "un réseau de comportements transmis -, chacune des parties en présence avaient été formées dès son plus jeune âge à tenir le rôle qui lui revenait.

Pour les bushmen, cela se traduisait par une vigilance d'oiseau. Sans cesse sur le qui-vive, ils ne s'éloignaient jamais du groupe à la nuit tombée, le moment préféré des prédateurs du désert pour passer à l'action, et gardaient un feu allumé jusqu'au matin. La conscience ininterrompue qu'ils avaient d'être des proies potentielles dictait leur mode de vie. Le désert était pour eux pareil à une route dangereuse. Métaphoriquement (et métaphysiquement) parlant, ces hommes savaient à quel moment ils pouvaient la traverser sans risque. 

John Vaillant, Le tigre, pp 164-166.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nat Writing - dans Nature Writing
commenter cet article

commentaires

Clovis Simard 22/09/2012 14:11

Blog(fermaton.over-blog.com)No.14- THÉORÈME CONSCIENCE. - La nature mathématique de la conscience.

Allie 23/06/2012 21:38

Bien heureuse de retrouver ce blogue que j'aime tant! Au plaisir de lire à nouveau d'autres billets inspirants!

Présentation

  • : Un blog de Nature Writing
  • Un blog de Nature Writing
  • : Aimant la nature, la randonnée la philosophie et les récits de voyages, je vous livre ici des extraits, parfois commentés, de livres que j'ai aimés, en rapport, et si possible à l'intersection, de ces différents sujets.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens