Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Le genre littéraire connu sous le nom de "Nature Writing" est né aux Etats-Unis et reste typiquement américain.

Il ne s'agit pas seulement ni même d'abord de décrire la nature, mais plutôt de s'interroger sur les rapports entre l'homme et son environnement, d'explorer comment l'immersion ou le contact prolongé avec le "wilderness" enseigne quelque chose sur notre rapport à la vie. Souvent, il s'agit d'auteurs ayant vécu "into the wild" pendant une période plus ou moins longue et qui écrivent à partir de leur expérience.

Leur chef de file, bien qu'il s'agisse en l'occurence d'un anachronisme, est bien sûr H.D. Thoreau, avec son "Walden, ou la vie dans les bois". Je dois bien avouer que je trouve sa réputation très surfaite. Je pense avoir lu tout ce qui a paru de lui en français et son style m'a toujours paru lourd, voire pontifiant, très éloigné en tout cas de mon idéal littéraire. A choisir, je préfère encore John Muir ("Voyages en Alaska"), bien que là, c'est plutôt l'abondance des images et le penchant au romantisme qui, cette fois, me gêne.

Je crois cependant ne pas me tromper de beaucoup en disant que le véritable père du Nature Writing contemporain est Edward Abbey dont le "Désert solitaire" est à mes yeux une merveille. Puissance de l'évocation et concision du style sont les deux plus grandes qualités que j'attribuerais à cet  ouvrage. Ses romans policiers, par contre, ne m'ont guère convaincu ("Le gang de la clé à molette", etc.).

Pour le reste, la collection "Nature Writing" aux éditions Gallmeister est évidemment un bon point de départ pour se faire une idée de la richesse de ce mouvement, à condition de préférer les récits aux romans. J'y ajouterai pour ma part, Annie Dillard ("Pélerinage à Tinker Creek",  "Au présent"), Sue Hubbell ("Une année à la campagne") et encore Barry Lopez ("Le chant de la rivière"). Enfin, bien qu'ils s'agissent de romans, "La vie selon Gus Orviston de D.J. Duncan et "Là où se trouvait la mer" de Rick Bass me semblent également pouvoir se rattacher à ce style littéraire.

Il doit bien sûr y avoir encore une tonne d'auteurs non traduits en français. Voici deux liens internet pour aller plus loin :
Ressources
Le site nature.writing.com

 

 

Maison d'édition Gallmeister
Collection Nature Writing
Genre Traductions d'auteurs anglo-saxon du
mouvement littéraire éponyme
Site Gallmeister
Livres à épingler Une guerre dans la tête, Doug Peacock
Vingt-cinq ans de solitude, John Haines
Indian Creek, Pete Fromm
L'or des fous, Rob Schultheis

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Un blog de Nature Writing
  • Un blog de Nature Writing
  • : Aimant la nature, la randonnée la philosophie et les récits de voyages, je vous livre ici des extraits, parfois commentés, de livres que j'ai aimés, en rapport, et si possible à l'intersection, de ces différents sujets.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens